Gao: au moins deux militaires tués par l’explosion d’une mine

0
158

Au moins deux militaires maliens ont été tués mercredi dans la région de Gao (nord) lorsque leur véhicule a sauté sur une mine, ont indiqué des sources militaires maliennes.

« Une mission de l’armée a sauté sur une mine posée par les terroristes entre Tarkint et Bourem. Deux militaires ont été tués, selon un bilan provisoire. Il y a plusieurs blessés », a déclaré à l’AFP cette source, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Selon une autre source militaire, qui confirme l’information, « un renfort a quitté Bourem pour porter secours aux victimes et au reste de l’équipe ». « Le véhicule qui a sauté sur la mine a été vraiment endommagé », a ajouté la même source.

Au moins quatorze soldats maliens avaient été tués samedi dernier dans une attaque contre leur camp militaire à Soumpi (Tombouctou), également dans le nord du Mali.

Cette attaque, tout comme l’attaque suicide ayant coûté la vie à quatre soldats maliens le lendemain à Menaka (nord-est), ont été revendiquées mardi par le « Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans », principale alliance jihadiste du Sahel.

La situation semble également se détériorer dans le centre du Mali, aux confins du Burkina Faso et du Niger, zone dans laquelle se concentrent les premières opérations de la force conjointe antijihadiste du G5 Sahel, organisation régionale regroupant ces trois pays, la Mauritanie et le Tchad.

Le 24 janvier, 26 civils, dont six femmes et quatre enfants, ont péri dans cette région dans l’explosion d’une mine au passage de leur véhicule, parti de Djibo, au Burkina Faso à destination de la foire hebdomadaire de Boni.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en 2013, à l’initiative de la France, d’une intervention militaire internationale, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix censé isoler définitivement les jihadistes.

sd/siu/jpc

SourceAFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here