Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) : lecture solennelle de l’acte de Conakry par le Docteur Oumar Mariko, président du parti

0
154

Une conférence de presse organisée ce mercredi 4 avril par le parti solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (SADI). La conférence a été présidée par le Docteur Oumar Mariko et l’ambassadeur du Venezuela à ses côtés

Le parti SADI tire son histoire des hommes et des femmes qui se sont réuni depuis des années pour participer à la lutte contre la dictature pour l’ouverture démocratique. C’est à la suite d’une grande réflexion que les 4cygles du parti sont venu : S pour la solidarité, A pour l’Afrique, D pour la démocratie et I pour l’indépendance. Pour sa création en 2001 elle a été l’objet d’un grand débat. Après avoir fait le tour des continents africains et analysé les échecs des différents pouvoirs progressistes en Afrique ; en regardant  le régime guinéen d’Ahmed Sékou Touré. Ces analyses et remarque ont abouti à la création du parti SADI.

Le 26 mars 2018, le parti SADI du Mali et le parti démocratique de Guinée- Rassemblement Démocratique Africain (PDG/RDA) se sont retrouvés à Conakry pour commémorer ensemble,  le 34ème  anniversaire de la disparition physique du président Ahmed Sékou Touré. Responsable suprême de la révolution, dirigeant anticolonialiste et anti-impérialiste, le président Touré fut le fondateur de l’Etat de la Guinée. Architecte de la souveraineté et de l’indépendance de la nation, il reste le symbole de la dignité et de la fierté africaine car il s’est battu toute sa vie pour instaurer une société de justice et d’égalité dans son pays et partout en Afrique.

L’Afrique comme à l’époque coloniale, n’a aucune autonomie de pensée stratégique, ni d’action autonome. Ces actions sont toujours menées à sa place par le nouveau colonialisme collectif ou communauté internationale qui lui impose des choix et des orientations qui sont contraires à ses intérêts. C’est pourquoi la question d’un changement profond, dans tous les domaines ne révèlent pas uniquement de préoccupations institutionnelle, organisationnelle et technique. Elle est essentiellement une question d’option idéologique et politique.

« Au regard de la situation politique internationale, le défi auquel font face les forces démocratiques et progressistes africains, est la consolidation et l’approfondissement de notre souveraineté. C’est pourquoi, nos partis inspirés du panafricanisme, s’engagent ce 26 mars 2018, à poser les bases d’une coopération s’étendant à toutes les forces progressistes du continent qui partagent les même valeurs et idéaux » affirme le président du parti SADI, Docteur Oumar Mariko.

Le continent africain doit avoir la capacité de penser, de décider, d’agir pour lui-même. Il doit aussi avoir l’ambition de se construire, puissant et prospère pour avancer.

Odile Dembélé

Lemalien.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here