SCRUTIN PRÉSIDENTIELLE DU 29 JUILLET 2018 À SÉGOU

0
125

Avant huit heures, devant la cours du centre FA KEITA, les électeurs se bousculent. Ils veulent accéder à leurs bureaux de vote et passer à l’action.

Daouda TRAORE, un vieux de soixante-douze ans a pu voter sans aucun problème, affirme-t-il. Il appelle ses concitoyens à voter non pas pour l’argent mais pour l’amour de la patrie.

Hamidou Dembélé, étudiant à l’université de Ségou a aussi accompli son devoir civique. Il est très heureux. Il vota dans le bureau de M. Sory Diabaté, Président du bureau numéro 13. A noter que le centre FA KEITA compte 47 bureaux de vote et des milliers d’électeurs.

Tout n’est pas rose, Alassane Diarra, Directeur de l’agence « Global Communication » affirme avoir pitié des femmes et d’hommes qui ont déjà voté mais attendent encore leur récompense (2 000 F par personne).

A quelques mètres du centre FA KEITA, le pneu d’un véhicule s’est explosé. Il n’y a eu ni mort ni blessé. Le chauffeur a été très vigilent, a affirmé un groupe de femmes en passage sur la même route.

A dix-huit heures temps universel, le vote est bouclé. Tous les bureaux ont fermé leurs portes. C’est la phase de dépouillement et du compte des voix. Les forces de l’ordre ont mis à la porte tous ceux qui circulaient dans la cour.

Personne n’y rentre hormis les porteurs des badges LAISSEZ-PASSER ou la presse. Quelques minutes plus tard, les résultats des bureaux sont vites communiqués par les différents délégués des partis d’une manière informelle. La connexion internet est coupée. L’émotion inonda la ville de Ségou. A Ségou, le jeux se joue entre Ibrahim Boubacar Keita, Soumaila Cissé et Cheik Modibo Diarra. Tous laissent entendre qu’IBK a largement dépassé ses challengers. Dans tous les bureaux, il a soit 78, soit 80 voix contre 30 ou 29 du côté de ses challengers.

Fatoumata Coulibaly, diplômée en communication des organisations depuis l’Université de Ségou a affirmé que la plus part de maliens disent ce qu’ils ne font pas. « Je croyais IBK détesté or, il est aimé », a-t-elle conclu.

Un autre autre électeur réplique qu’IBK n’est pas aimé, c’est son argent qui est aimé. Cette thèse a été soutenue par groupe de femmes et d’hommes qui ont voté et attendent encore leur récompense déjà promise (2 000 F par électeur), a-t-on appris sur place.

Aly Ousmane SARRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here