MALTRAITANCE DES AIDES MENAGERES : Un phénomène qui ne cesse de se faire remarquer

0
130

      La maltraitance des servantes ou aides familiales est un problème qui secoue notre vie quotidienne. Plusieurs aides familiales sont victimes de ce fléau dans les grandes villes. APAFE une ONG depuis 1992 s’est imprégnée dans cette lutte en vue de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des jeunes et les enfants en situation de survie  

La plus part des servantes communément appelés bonnes sont confrontées à d’énormes difficultés dans leurs familles d’accueil. Ces difficultés sont en général  causées par leurs patrons. Elles sont d’ordre éducationnel c’est-à-dire une grande différence entre les milieux, le laxisme  ou même l’esclavage  de certains patrons envers leurs servantes.

Mariam Tangara une servante habitant à missira « ca  fait années que je fais des travaux saisonniers. L’année derrière tout près à l’approche du mois de ramadan.  Une malversation s’est tenue entre ma patronne et moi, parce que  je rendais visite à mon mari hebdomadairement qui habitait à sebénicoro. Quand elle me chassa j’avais un arriéré d’un mois d’une somme de 10000FCfa qui n’a été jusqu’à présent payé ». Pour une autre du nom de Djèguè Diarra le travail dans la ville donne pas du tout l’envie. « Je me fais insultée par les enfants de ma patronne qui ne dit rien. Quand je lui en parle elle m’insulte et veut même me frapper » dit Djèguè. Avec un air pathétique elle dit n’avoir envie des fois que de tout abandonne.

Les première à se lever et les dernières a se couchées, elles sont toujours blâmées pour la moindre des choses.

Pour lutter contre cette maltraitance, l’ONG APAFE (Appui à la Promotion et à la protection des Aides familiales) à sa tête madame Dembélé Jacqueline Goïta dite madame Urbain, est la seule organisation pour l’instant œuvrant pour la cause des servantes. Ayant  plus de deux décennies,  cette ONG a adoptée une politique d’amélioration des conditions de vie de ces aides familiales. Elle veille sur toutes ces aides familiales en les rendant souvent visite dans leurs familles d’accueilles. Pour certains administrateurs qui étaient sur place, Madame Koné  Agnès Dembélé Assistante à la directrice de l’APAFE, Togola Bakary  coordinateur technique et Koné Guedjouma  secretaire « Une aide familiale (garçon ou fille) doit être dans des bonnes conditions pour exercer mieux son travail. Malheureusement on constate aujourd’hui que plusieurs d’entre elles subissent  des actes ignobles de la part de leurs employeurs. C’est ce qui nous a  motivé à  créer cette ONG. Si nous constatons des malles  entendues entre  patron et aide familiale, on intervient pour y mettre fin. Mais d’autres cas comme les frappes, les injures, exploitation ou abus peuvent aboutir à la rupture du contrat ».

A faute d’un manque de considération de certaines patronnes, certaines servantes maltraitées sont généralement exposées à d’énormes dangers tels que les grossesses non désirées. Il faut que les employeurs de ces aides ménagères se mettent à la place des mères de ces dernières. Juste pour dire qu’aucune mère au monde ne supportera de voir son enfant maltraité. Certes elles ont besoins d’argent mais on doit faire en sorte que soit dans le plus grand respect.

JEROME.E.DRABO     

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here