Jumelage Ségou-Richmond: Dix ans d’existense, l’anniversaire se fête en conférence à l’ Université de Ségou

0
107

À Ségou, le 07 février 2019, la ville américaine, Richmond fête ses dix ans de  jumelage avec sa ville jumelle du Mali, Ségou.

Huit heure, dans l’amphi 500 places de l’Université de Ségou, le Gouverneur de la région de Ségou, le maire de la commune urbaine de Ségou, le recteur de l’Université de Ségou, le chef de délégation Richmond au Mali, les professeurs et les étudiants de l’Université de la ville du même nom ont échangé sur ledit jumelage. Le professeur Souleymane Koyaté, Recteur de l’Université de Ségou a animé une conférence sur place.

Thème de la conférence: «Regards croisés sur Virginia». Le Recteur a d’abord expliqué la signification du nom de la capitale de Richmond, la Virginia. « Cette appellation vient de l’histoire de l’Amérique. Lorsque Christophe Colombe cherchait l’Inde en découvrant l’Amérique, une reine vivait là-bas. Elle s’appelait Verginy. C’est de son nom que vient l’origine du mot Virginia », expliqu-t-il. Quant à la ville de Ségou, son appelation vient du nom d’un grand marabout malien nommé Sékou Ahmadou.

Ce jumelage est un moyen pour aider les acteurs de la ville de Ségou à découvrir les actions humanitaires, sanitaires et pédagogiques de Richmond en Afrique, au Mali

De son nom américain Robin Edward Poultron et malien Maky TALL, le chef de la délégation de Richmond au Mali explique les actions menées dans la ville de Ségou et les perspectives à venir.

Selon lui, ce jumelage permet désormais aux étudiants de l’Université de Ségou d’avoir des bourses d’études pour Richmond. L’enseignement de la langue anglaise sera bien assuré par ce jumelage et chaque année 70 étudiants de l’Université de Ségou pourront être sélectionnés dans toutes les filières. Une maternité a été créée à Médine, un quartier populaire de Ségou, et l’hôpital Nianankoro Fomba a été équipé des materiels médicaux. Cette cooperation permettra aussi de joindres certaines universités de Richmond à celle de Ségou par des cours à distance d’anglais et de médecine en vidéoconférences.

Les étudiants se disent contents de cette opportunité même s’ils ne cachent pas leur inquiétude. À ce sujet, plusieurs questions ont été posées. L’accent est mis sur les critères d’obtention de la fameuse bourse d’études. « Aucun critère n’est encore défini, mais sachez qu’aucune faculté ni aucun institut de cette jeune université ne seront exclus », réplique le professeur Souleymane Koyaté, Recteur de l’Université de Ségou. « Ce à quoi je vous appelle, c’est de chercher l’excellence pour prétendre bénéficier de cette bourse », a-t-il conclu.

Nouhom Diarra, maire de la commune urbaine de Ségou explique le choix porté sur l’Université pour la célébration de dix ans de jumelage entre Ségou et Richmond, entre l’Amérique et le Mali. « Considérant que l’équipement de tout territoire passe par l’éducation et l’instruction, nous n’avons pas choisi l’Université de notre région par hasard. Elle est jeune et la seule étatique décentralisée au Mali pour le moment. Raison pour laquelle nous l’avons choisi pour célébrer cet anniversaire », explique-t-il.

Cette conférence a été un moyen pour certaines entreprises à véhiculer leurs messages aux étudiants

Le projet Kènèya de l’USAID était présent. Ses agents ont fait des dons des tee-shirts à la moitié des étudiantes étudiants présents.

À la sortie de la salle, certains étudiants discutaient sur l’incertitude de ce qu’ils pourront bénéficier de ce jumelage. « Ce ne sont que des discours. Ils vont tout bouffer et nous n’aurons rien de dans », murmuraient-ils.

Aly Ousmane SARRE

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here