AFFAIRE BAKARY TOGOLA OU L’AFFAIRE DITE DES RISTOURNES DES PRODUCTEURS DE COTON.

0
77

Point de Presse du procureur du Pôle Économique et Financier de Bamako, Mahamadou KASSOGUE sur la détention du Président de l’APCAM, Bakary TOGOLA à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako le Samedi 14 Septembre 2019, dans salle d’audience du Tribunal de la Commune III du District de Bamako en présence des Substituts Ousmane FATHI, Mariko SISSOKO et Dramane DIANÉ du procureur de la Commune III et du pôle économique et financier.

D’emblée d’entrée « c’est un point de presse, donc pas de question à poser » a indiqué Monsieur KAMATÉ, Chargé de communication du procureur
Par la suite M. Kassogué dira que le devoir de réserve et d’éducation imposent aux magistrats à ne pas beaucoup parler, mais il y a des circonstances dans lesquelles parlé devient « Obligatoire ». « Nous avons décidé ce matin de parler pour porter à votre connaissance, la bonne information, pour vous donner les éléments précis et concrets du dossier afin que tout le monde soit au même niveau d’information par rapport à ce qui peut être dévoilé au Stade actuelle de l’enquête. » a-t-il précisé
Avant de faire un rappel sur le point de presse organisé le 22 août dernier, au cours de laquelle, ils avaient promis d’essayer de changer la manière de faire, en organisant à l’intervalle de temps régulier des points de presse ou des conférences pour essayer de donner des éléments par rapport aux dossiers dont ils ont la charge. Ils se sacrifient à cette tradition et il sera ainsi chaque fois que c’est nécessaire.

Revenant à l’affaire, le procureur du pôle financier et économique, Mahamadou KASSOGUE, affirme que « l’affaire porte sur les ristournes des paysans mise à la disposition par la Compagnie Malienne de Développement Textiles ( CMDT) ».
« Il peut y avoir d’autres affaires concernant Bakary TOGOLA, mais celle sur laquelle nous sommes, il s’agit de l’affaire dite des ristournes qui sont mise à la disposition de la Confédération des Sociétés Coopérative des Producteurs de Coton par la CMDT au profit des paysans » a-t-il avancé !

S’agissant de l’origine de l’affaire ; « il s’agit d’une dénonciation anonyme qui nous est parvenue. Il nous a envoyé une correspondance dans laquelle, il a fait état de l’existence de malversation au niveau de la Confédération des Sociétés Coopérative des Producteurs de Coton qui a laissé entendre que ces malversations pourraient se chiffrer autour de 3 milliards voir plus » a-t-il fait savoir !
Et de continuer que, c’est ainsi qu’ils ont ordonné l’ouverture d’une enquête en saisissant la Brigade du Pôle financier et économique. Le dénonciateur a également aidé cette Brigade au cours des enquêtes et investigations. Ce dénonciateur anonyme a non seulement produit suffisamment de documents pour étrillé sa dénonciation, mais aussi a contribué à faire comprendre les lignes comptable des documents.

Les investigations menées ont permis de comprendre que de 2013 à 2019, la CMDT a mis à la disposition de la Confédération des Sociétés de Coopérative des Producteurs de Coton du Mali 13 milliards 431 millions 431 milles 037 FCFA et sur ce montant seul 8 milliards 854 millions 760 milles 823 FCFA ressort de la Comptabilité de la Confédération. Il y a donc un montant de 4 milliards 576 millions 676 milles 214 FCFA qui n’ont pas été Comptabilisés et sur les 8 milliards qui ont été Comptabilisés, seul 3 milliards 969 millions 284 milles 966 FCFA ont pu être justifier. Il va s’en dire que un montant de 4 milliards 885 millions 475 milles 857 FCFA non justifié. Ce qui fait un Total non justifié de 9 milliards 462 millions 152 milles 071 FCFA, écart découvert à la date d’aujourd’hui.

Le procureur précisera que « c’est une enquête préliminaire qui vient de bouclée ».
Ainsi, le Pôle économique et financier, a ordonné le jeudi 12 septembre dans la journée, une mesure de garde à vue contre Bakary Togola en tant que Président du Conseil d’Administration  de la Confédération et « Présumé auteur principal » de ces malversations dénoncées. À la fin de l’enquête préliminaire le procureur du pôle économique et financier, a pris connaissance et après examen de la procédure transmise, a décidé de l’ouverture d’une information judiciaire sur les présomptions de détournement de denier public sur la base de « faux et usage de faux, soustraction frauduleuse, détournement et autres malversations ». « Le montant étant nettement supérieur au 10 millions qui font de ces infractions, des infractions criminels ; l’ouverture d’une information judiciaire était « Obligatoire »» a précisé le procureur.
Présenté au jugé d’instruction du pôle économique et financier saisi, lequel après avoir pris connaissance du dossier de la procédure a donc décerné contre Bakary Togola, mandat de dépôt depuis le vendredi 13 Septembre. Il est en situation de détention provisoire au niveau de la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako.

«Nous ne sommes pas dans l’acharnement, ni dans une chasse aux sorcières, mais un combat d’objectivité dans l’impartialité et le respect » affirme M. Kassogué !

Parlant de leur relation avec les autorités dans cette affaire, Mahamadou KASSOGUE, dira qu’ils sont en parfaite phase avec le garde des sceaux ( ministre de la justice) et qui les a dit qu’ils ont la bénédiction des autorités pour continuer dans la même mouvance.
« Ici au Parquet, aucune dénonciation ne sera sans suite, il y aura pas de rétention à notre niveau » a-t-il souligné !

Avant de révéler qu’à la date d’aujourd’hui, avec Bakary, qu’il y a six (6) autres personnes qui sont suspectées d’avoir contribué d’une manière ou d’une autre à la commission de ces infractions.

Le Procureur du pôle économique et financier rassure que tant dans cette affaire, que dans toutes les autres affaires dont ils ont déjà saisi et toutes les autres affaires qui seront dénoncées à leur niveau se fera avec la même méthode, rigueur, objectivité et le même engagement. « Nous entendons aller au bout dans cette mouvance » dit-il !

Et demande par la suite des bénédictions, de soutien et d’aide à réunir des éléments de preuve, parce que le combat de la justice, c’est un combat de preuve.
« Nul n’est au dessus de la loi et ce principe sera appliqué pleinement » a-t-il conclu !

Vinabé DENA

Lemalien.com

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here