Service d’Aide Mobile d’Urgence (SAMU) : Projet d’adaptation des programmes et services de santé du VIH Sida pour les enfants et jeunes vivant dans la rue au Mali.

0
193

L’ONG Samu social a organisé ce lundi 16 avril, une conférence de presse à la maison du partenariat Angers-Bamako. Le thème du jour fut, les adolescents et jeunes en situation de rue à Bamako face au VIH Sida

Le service d’aide mobile d’urgence sociale est une ONG malienne. Crée en 2001, il a pour mission la prise en charge médicale et psychosociale des enfants et jeunes vivant dans la rue à Bamako. Depuis la création de Samu social Mali jusqu’au 31 décembre 2017, il a enrégistré la prise en charge de 5057 enfants et jeunes âgé de 12 à 18 ans vivant dans les rues. Parmi ces cas, les garçons sont majorité. Des jeunes filles et jeunes mères sans  protection familiale familiale et social vivent dans la rue et n’ayant pas accès aux services sociaux de base sont aussi identifiée.

La santé est un besoin prioritaire de ces jeunes et enfants en raison de leurs conditions de vie précaire dans la rue. Ces jeunes sont vulnérables à l’agression physique et sexuelle, aux infections liées aux conditions de vie et à la consommation des produits toxiques.

En 2017, 1881 prises en charge médicale ont été assurées  à 1016 enfants et jeunes en situation de rue. Dans les1881 prises en charge, 1352 étaient en soins ambulatoire, 176 hospitalisations et 353 accompagnements médicaux.

L’objectif de cette conférence de presse est de sensibiliser les autorités à travers les médias sur la vulnérabilité des enfants et jeunes dans la rue atteint du VIH Sida. La nécessité de renforcer l’accès de ces populations au service et aux soins de santé du VIH Sida. Présenter la stratégie et les actions du Samu social Mali pour renforcer la prévention et la prise en charge du VIH Sida chez les adolescents et jeunes de la rue à Bamako.

Au Mali, le taux de prévalence du VIH fut dimunié grâce aux éfforts des autorfités. Il était de 1,7% de la population en 2001, 1,3% en 2006. Lors de la dernière en 2012-2013, il a été estimé à 1,1% de la population. Certains groupes vulnérables sont plus affectés par la maladie. Ainsi, les enquêtes de surveillance sentinelle chez les femmes enceintes ont révélé un taux de prévalence de 3,4% en 2005, 2,7% en 2009 et 2,9% en 2002.

Selon Alou Coulibaly, Directeur de Samu social Mali « L’enquête intégrée sur la prévalence et les comportements en matière d’IST (une infection sexuellement transmissible) de 2009 portant sur les groupes spécifiques, a révélé un taux de prévalence du VIH de l’ordre de 24,2% chez les travailleurs de sexe feminin. C’est pourquoi la stratégie nationale de lutte contre le Sida porte une attention particulière à certains groupes vulnérables, considérés comme des populations clés. Il s’agit des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, des professionnelles du sexe, des usagers de drogue injectable et des populations carcérales »

Le Samu social Mali estime qu’il est pertinent que les adolescents et jeunes vivant dans la rue, soient intégrés dans la catégorie de populations clés en matière de lutte contre le VIH Sida, en raison de leur extrême vulnérabilité à cette maladie.

Odile Dembélé

Lemalien.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here