Le deuxième Africa Fertilizer and Soil Health Summit répondra à la crise de santé de nos terres

0
278

 

L’Afrique perd actuellement l’équivalent à US$4 milliards en nutriments de la terre chaque année, ce qui nuit à sa capacité de nourrir ses populations
Le premier <<Fertilizer Summit>> a eu lieu en 2006 à Abuja
La déclaration de Nairobi va définir le <<African Fertilizer Financing Mechanism>> (AFFM) ainsi que le <<10-year Soil Health Action Plan>>
Presque 282 millions de personnes en Afrique (environ 20% de la population) sont mal nourris, ce qui représente une augmentation de 57 millions de personnes depuis le début de la pandémie COVID-19
Nairobi, Kenya – le 7 mai, 2024 – Le <<Africa Fertilizer and Soil Health Summit>> (AFSH24) de l’union africaine a démarré aujourd’hui à Nairobi, Kenya, avec 4,000 invités – y compris 8 chefs d’état, 25 ministres d’agriculture, 32 ministres des affaires étrangères, des scientifiques et des partenaires.
Cet évènement est organisé par l’union africaine et le gouvernement de la République du Kenya, avec le soutien de plusieurs partenaires. Le but? Encourager les discussions indispensables pour renforcer la valeur de nos terres comme un atout essentiel pour nos fermiers.
Au cours de ces trois jours, les délégués s’engagent pour guider la transformation agricole de l’Afrique, et pour créer le programme pour les systèmes alimentaires de l’avenir; un élément clé du plan de développement, <<Agenda 2063>>.
Notamment, AFSH24 cherche à mesurer le progrès depuis la déclaration de 2006, ce qui a été mise en place dans le but d’augmenter l’utilisation d’engrais à un minimum de 50 t/ha. Ceci reste un objectif non atteint pour l’instant, démontrant le besoin urgent de trouver les approches innovantes qui répondent à la dégradation des terres, ainsi qu’à l’expansion non durable des terres cultivables.
La consommation d’engrais
Les kilogrammes par hectare de nos terres agricoles varient de 0,03 au Soudan et 1,04 KG en Somalie, jusqu’à 542,47 aux Seychelles et 542,57 en Égypte, ce qui représente l’utilisation la plus élevée parmi les pays d’Afrique.
Seulement 10 pays ont atteint ou ont dépassé la déclaration d’Abuja de 2006. Ce sont: Le Maroc 55,29, l’Eswatini 57,77, le Botswana 59,27, le Kenya 60,66, la Zambie 63.90, le Malawi 96,74, l’Afrique du sud 104,64, la Maurice 186,50, les Seychelles 542,47 et l’Égypte 542,57.
« Aux endroits où l’utilisation d’engrais a augmenté, l’amélioration de la récolte qui correspond à l’efficacité des intrants reste imprévisible, surtout quand il s’agit de l’agriculture pluviale. L’utilisation d’engrais en Ouganda est actuellement à 2Kg/ha”, dit Hon. Frank Tumwebaze, ministre de l’agriculture, industrie animale et pêcheries de la République de l’Ouganda, et président de la comité technique de l’UA pour l’agriculture, le développement rural, l’eau et l’environnement.
Les conversations à AFSH24 cherchent à trouver une approche holistique dans la durabilité agricole, ce qui donne priorité à la réduction du changement climatique, la restauration des terres, et la conservation de la biodiversité dans nos pratiques agricoles.
Son Excellence Amb. Josefa Leonel Correia Sacko, commissaire de l’agriculture, le développement rural, Blue Economy, et l’environnement durable à la commission de l’union africaine (AUC), a souligné, lors de la cérémonie d’ouverture ce matin, le besoin d’action collaboratif et de solutions innovantes.
Elle a dit, “Malgré que les sols africains soient parmi les plus anciens du monde, ils sont aussi devenus les plus pauvres, avec une perte annuelle de US$4 milliards de nutriments de la terre. Ceci nuit à la capacité du continent de nourrir ses populations. Il y a besoin de prendre l’action maintenant, et cet évènement va définir les prochains pas pour toute l’Afrique.”
Secrétaire de l’agriculture et du développement cheptel (MoALD), Hon. Mithika Linturi, a exprimé un sentiment d’optimisme vers les décisions à prendre pendant cet événement, pour favoriser la croissance économique et la sécurité alimentaire en Afrique. Selon lui, “plusieurs membres de l’union africaine sont à la traîne en ce qui concerne l’objectif de 50 Kg/ha précisé dans la déclaration d’Abuja. AFSH est le rassemblement le plus grand du continent au sujet de la santé de nos terres, et je crois que celui-ci déterminera un nouveau rythme auquel nous retrouverons nos sols en pleine santé.”
L’événement suit, cette année, le thème “Listen to the Land”, et a comme objectif d’évaluer l’état des terres en Afrique – tout en mesurant le progrès depuis les engagements des chefs d’état africains de 2006, pour booster l’utilisation d’engrais dans le but de la croissance agricole en Afrique. Le thème est un appel à l’action pour les parties prenantes de faire attention aux besoins de nos sols – en termes de nutriments, de minéraux, des organismes, et de l’impact du changement climatique – et d’adopter les pratiques, les politiques et les approches régénératrices, qui renforcent la valeur de la terre pour nos fermiers. L’idée reste de débloquer le potentiel de l’Afrique à se nourrir, et à nourrir le monde.
Un des résultats attendus le 9 mai est la création et la promotion de la Déclaration de Nairobi de l’engrais et de la santé des terres; un document compréhensif qui cernera les engagements, les stratégies et la direction pour améliorer la durabilité dans l’utilisation d’engrais, et dans d’autres pratiques agricoles au niveaux régionaux et continentaux.
Un plan d’action de 10 ans et le financement de ce programme sont aussi attendus – ceci servira en tant que direction pour les nouveaux politiques et investissements vers la transformation des sols africains. Notamment, il y aura besoin de $ 15 milliards d’investissement du secteur privé pour encourager la fabrication locale d’engrais. Pour accélérer les effets du programme, l’objectif est de tripler cette fabrication d’engrais (biologique et non organique) avant 2033.
————————————————————————————————————————————————————————————————
Below is the link to the media cut for the AFSH opening ceremony.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here