Pour « atteinte à la sûreté de l’État », les 49 soldats ivoiriens sont inculpés et placés sous mandat de dépôt, ce vendredi 12 août 2022

0
135

 

Divisés en trois (3) groupes, le Procureur de la République du Pôle judiciaire Spécialisé de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée, Samba Sissoko a informé tour à tour les nommés « Kouassi Adam SANNI et 48 autres » arrêtés au Mali le 10 juillet dernier que la justice malienne les reproche, « de crimes d’association de malfaiteurs, d’attentat et complot contre le gouvernement, d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État », indique le procureur dans un communiqué.

« Par ailleurs, dans le respect de leurs droits, des investigations objectives et transparentes seront menées pour aboutir à la manifestation de la vérité, identifier les éventuels auteurs, co-auteurs et complices de ces faits et situer les responsabilités », ajoute le communiqué.

Les militaires poursuivis par la justice malienne après leur inculpation ne sont pas tenus à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako, mais au Camp où ils étaient avant leur présentation au procureur.

Accusés d’être des mercenaires par les autorités maliennes. Abidjan de son côté précise que se sont des militaires ivoiriens.

Après ces différentes versions des deux pays, le Togo s’est proposé comme médiateur. Une médiation qui semble échouée.

Outre le Togo, la nigériane, Amina J. Mohammed, Vice secrétaire de l’ONU et Mahamat Saleh Annadif, Chef du bureau des Nations Unies pour Afrique de l’Ouest et le Sahel qui ont rencontré le Président de la transition malienne en début de la semaine dernière n’ont pu convaincre afin d’obtenir la libération des 49 porteurs d’uniforme ivoiriens dont 2 femmes. On parlait également d’une médiation des chefs religieux Maliens ( Le Cardinal Monseigneur Jean Zerbo et Ousmane Madani Chérif Haïdara, Président du Haut Conseil Islamique du Mali).

Le point de blocage selon plusieurs sources est la situation des hommes politiques poursuivis par la justice malienne qui se trouvent sur le sol ivoirien.

Allassane Ouattara va t – il cédé ? On peut également considérer la détention de ces militaires comme une manière pour le Mali de faire payé l’attitude du président ivoirien lors des sommets de la CEDEAO dont celui au cours duquel l’embargo a été décidé contre le Mali.

Conséquences de la détention de ces militaires.

Deux artistes maliens se voient leurs concerts annulés. Il s’agit de Toumani Diabaté et de Mariam Bah – Lagaré.

Jusqu’où peut arriver les conséquences ? D’autant plus que la tension monte au sein de la population ivoirienne.

vinabé DENA

lemalien.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here