LA PHASE I DU PROJET D’INVENTAIRE DU PATRIMOINE ARCHÉOLOGIQUE LANCÉE LA SEMAINE DERNIÈRE.

0
83

« Pour un coût total de 120.000 dollars US, estimé à plus de 60 millions de francs CFA… »

Dans le souci de protéger les cites archéologiques du Mali, le Gouvernement de la République du Mali, avec l’aide des États-Unis à travers le Fonds de son Ambassadeur, à lancé le jeudi 05 Septembre 2019 au Musée National du Mali, un nouveau Projet d’inventaire du Riche Patrimoine Archéologique du Mali en présence de l’Ambassadeur des États-Unis au Mali, M. Dennis B. Hankins et du Ministre de la Culture, Mme NDiaye Ramatoulaye Diallo et de plusieurs autres personnalités.

D’entrée l’Ambassadeur, dans son discours montrera l’importance et la richesse de la culture malienne. « Quand tu parles du Mali, tu parles d’une image de la culture, une culture ancienne, mais aussi vivante », citant ainsi de passage les grandes mosquées et l’histoire de Tombouctou, les anciens style des Dogons, les Musiciens maliens entre autres dans le monde.

S’agissant du projet qui commence, il dira qu’«il a une valeur de 120.000 dollars pour essayer d’aider le Mali à faire une première inventaire sur tous ses CITES archéologiques ».
M. Dennis B. Hankins, est optimiste que ce projet permettra non seulement aux maliens de connaître leur passé, mais aussi de prendre soin de ce trésor qui est en passe d’être envahi par d’autres.

Quant à Mme la Ministre de la Culture, elle a tout d’abord saluer l’engagement de l’Ambassade des États-Unis au Mali avant de faire un aperçu géographique du Mali en disant que le Mali est Situé au carrefour du Maghreb et de du Golf de Guinée. « le Mali est connu pour sa diversité culturelle et regorge d’une multitude de vertiges archéologiques témoin matériels de brillant civilisation dont un des de la cité urbaine de Djenné – Djennon ou ancienne Djénné fondée au IIIème Siècle déjà avant Jésus Christ » a-t-elle révélée

Mme NDiaye Ramatoulaye Diallo, a rappelé par la même occasion que le Gouvernement des États-Unis d’Amérique et le Gouvernement de la République du Mali ont signé un accord le 19 septembre 1993 sur les restrictions à l’importation de matériels archéologiques de la vallée du Niger et des Falaises de Bandiagara. Cet a ensuite été renouvelé en 2017 en raison de son impact positif dans le cadre de la lutte contre le pillage de bien culturelle.

« Cette première phase s’étend sur une durée d’un an et concerne l’inventaire du patrimoine archéologique des régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et le District de Bamako pour un coût total de 120.000 dollars, estimé à 60 millions de francs CFA, soit 116.000 dollars US comme soutien du Gouvernement des États-Unis d’Amérique et 4.000 dollars comme contribution du Gouvernement du Mali. » a-t-elle fait savoir, avant de lancer le projet en ces mots :« Je déclare lancé la première Phase du Projet d’inventaire du Patrimoine Archéologique au Mali ».

Vinabé DENA

Lemalien.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here