La diversification de l’alimentation des bébés tout en renforçant la chaîne de valeur alimentaire locale

0
215

 

Siny Samba, PDG du Lionceau, a été désignée lauréate du prix WAYA 2023 lors du Forum sur les systèmes alimentaires en Afrique (AFS), anciennement connu sous le nom d’AGRF, qui s’est tenu à Dar es Salaam, en Tanzanie, le 6 septembre 2023. Cette année, le thème du forum était axé sur la diversité et l’inclusion des femmes et des jeunes dans la transformation des systèmes alimentaires africains, avec une participation de 57 % de femmes au forum de cette année.

Le Prix des femmes agripreneurs de l’année (WAYA), qui en est à sa troisième année d’existence, a été lancé en 2021 lors du Forum africain sur les systèmes alimentaires (anciennement connu sous le nom d’AGRF) à Nairobi, au Kenya. Il constitue un élément important du programme VALUE4HER d’AGRA et est décerné chaque année lors du Forum africain sur les systèmes alimentaires.

Les prix récompensent les femmes agripreneurs de toute l’Afrique qui excellent dans différents segments de la chaîne de valeur agricole et qui ont fait preuve d’une innovation remarquable dans leurs entreprises. Les prix visent à donner de la visibilité aux femmes qui ont réussi, à servir de modèles positifs, à stimuler l’innovation et à favoriser l’ambition chez les agripreneurs africains.

Cette année, Siny Samba, PDG de l’entreprise sénégalaise Le Lionceau, a remporté le grand prix et a été récompensée pour avoir présenté les meilleures innovations dans le secteur agroalimentaire, toutes catégories confondues. Son entreprise, basée à Dakar, au Sénégal, est spécialisée dans les aliments pour bébés qui offrent de savoureuses purées entièrement préparées à partir d’ingrédients locaux, issus d’une agriculture saine et durable.

En alliant tradition et innovation, les saveurs des produits de son entreprise, inspirées de la région sénégalaise, ont été conçues pour aider les bébés dans leur diversification alimentaire, avec des recettes locales de haute qualité nutritionnelle.

Mme Samba raconte son parcours inspirant, qui témoigne de l’incroyable potentiel que recèle chaque individu.

Vous êtes le cofondateur et le PDG du Lionceau, une entreprise qui produit des aliments pour bébés au Sénégal. Décrivez-nous votre parcours d’entrepreneur.

Ma passion pour l’industrie alimentaire m’a amenée à poursuivre une carrière d’ingénieure en transformation alimentaire, ce qui m’a permis de combiner mes intérêts, mon désir d’aider les enfants et mon amour de la cuisine. Après l’université, j’ai travaillé en tant qu’ingénieur R&D chez Blédina, la branche alimentation infantile de la multinationale française Danone, et comme j’étais passionnée par la production alimentaire, je me suis intéressée de près à la fabrication de confitures et de conserves. Alors que je travaillais encore en France, j’ai commencé à m’intéresser de près aux événements qui se déroulaient au Sénégal, en particulier dans le secteur de l’alimentation infantile. Lors d’un voyage au Sénégal, j’ai constaté que tous les aliments pour bébés proposés dans les supermarchés étaient importés. C’est ainsi que j’ai eu l’idée de créer une entreprise locale de production d’aliments pour bébés dans mon pays d’origine. J’ai reçu un financement et un soutien de la Délégation générale de l’entrepreneuriat rapide des jeunes et des femmes (Der-JF), du Women Investment Club (WIC), de l’ADEPME, de Teranga Capital, de l’Union européenne et d’autres partenaires, ce qui m’a permis de créer l’entreprise (Le Lionceau) en 2018, avec mon camarade de classe de l’école d’ingénieurs agronomes.

En tant qu’importateur net de denrées alimentaires, le Sénégal est vulnérable à l’insécurité alimentaire et aux chocs économiques et politiques, tels que l’effet de la crise Russo-Ukrainienne sur l’approvisionnement alimentaire mondial. Les nourrissons sénégalais sont donc en danger. Comment Le Lionceau tente-t-il de relever ce défi ?

Les bébés qui naissent chaque année au Sénégal sont particulièrement vulnérables, car le pays importe jusqu’à 90 % de ses aliments pour bébés. Au Sénégal, les aliments pour bébés disponibles ne sont pas basés sur des ingrédients locaux et créent un déséquilibre dans les chaînes de valeur locales. En 2017, je suis retournée au Sénégal après avoir travaillé pour une entreprise d’aliments pour bébés en France. En tant qu’ingénieur en transformation alimentaire, j’ai étudié la nutrition infantile et j’ai remarqué le net manque de diversité des aliments pour bébés dans les rayons des épiceries sénégalaises. J’ai également remarqué que les petits exploitants agricoles avaient souvent du mal à vendre leur production, ce qui entraînait des pertes de récoltes. Pour tenter de résoudre ces problèmes, Le Lionceau a commencé à élargir le choix des rayons des magasins en proposant des aliments pour bébés nutritifs, d’origine locale et basés sur des recettes locales, tout en s’attaquant à certains des problèmes de l’agriculture paysanne au Sénégal.

Nous organisons des ateliers éducatifs pour aider les parents à comprendre la nutrition et à améliorer la santé de leurs bébés. Nous nous rendons dans les zones urbaines et rurales pour former et sensibiliser les gens à l’importance des 1000 premiers jours, notamment l’importance de l’allaitement maternel et la manière dont les mères peuvent utiliser les cultures locales pour nourrir leurs bébés. En collaboration avec les agriculteurs locaux, nous transformons ce qui aurait été gaspillé en un produit alimentaire de valeur, réduisant ainsi leurs pertes de 10 %. Nous employons 30 personnes et achetons les récoltes auprès de 5 000 agriculteurs regroupés en coopératives. Nous avons autonomisé 1500 femmes locales, y compris les participantes aux ateliers d’éducation nutritionnelle et les groupes de femmes qui font partie de la chaîne d’approvisionnement du Lionceau. Nos produits alimentaires pour bébés ont touché plus de 30 000 bébés au Sénégal, et nous espérons en nourrir des milliers d’autres.

Comment Le Lionceau réduit-il le besoin de produits importés et rend-il les aliments traditionnels sénégalais pour bébés accessibles à un plus grand nombre de personnes ?

La perte de nourriture dans la région est élevée, en partie à cause du manque d’installations de transformation locales pour acheter des fruits et légumes frais. En tant que Lionceau, nous avons été en mesure de nous approvisionner davantage auprès de fermes locales et durables, en mettant l’accent sur les produits qui, autrement, ne seraient pas utilisés. Par exemple, jusqu’à 60 % des mangues sénégalaises sont perdues avant la récolte. Pour lutter contre ce phénomène, nous achetons ces mangues pour en faire des purées. En plus de réduire le risque de perte de nourriture due à une mauvaise manipulation, nous créons un marché pour les aliments qui ont été détournés de la perte dans les champs. Nos produits alimentaires pour bébés, qui proviennent de cultures indigènes, sont des céréales, des fruits et des légumes. Il s’agit du millet, du fonio (un type de grain), de la patate douce, du moringa (un type de plante), du ditakh (un type de fruit sauvage), du bouye (fruit du baobab), du solom (un type de tamarin), de la papaye, de la mangue et du niebe (pois à œil noir). Ces produits alimentaires pour bébés ont une valeur nutritionnelle élevée. Grâce à cela, nous avons pu réduire le besoin d’importer des produits et rendre les aliments traditionnels sénégalais pour bébés accessibles à un plus grand nombre de personnes dans le pays.

Quels sont les défis auxquels vous êtes confrontés dans votre entreprise et comment les atténuez-vous ?

Des problèmes se posent à différents points de notre chaîne de valeur. Par exemple, nous rencontrons des difficultés pour nous approvisionner en matières premières auprès de petits exploitants agricoles, tant en termes de quantité que de qualité. Le respect des normes de qualité rigoureuses requises pour les aliments pour bébés représente un défi de taille, en particulier en ce qui concerne les matières premières biologiques. Pour résoudre ces problèmes, nous avons mis en œuvre des initiatives telles que le soutien aux petits exploitants agricoles en matière de techniques d’agriculture biologique durable et la collaboration avec des groupes de femmes rurales afin d’améliorer le prétraitement des matières premières. En outre, nous organisons des ateliers éducatifs pour les parents sur la nutrition et la santé dans la langue locale.

En remportant les prix WAYA cette année, que représente cette victoire pour Le Lionceau ?

En participant à ce forum, j’ai eu l’occasion de nouer des contacts avec d’autres professionnels de l’industrie, des décideurs politiques, des investisseurs et des partenaires potentiels. Ces contacts peuvent déboucher sur des possibilités de collaboration, l’accès à des ressources et à de nouveaux marchés. En outre, le forum a offert une plateforme pour le partage d’idées, de meilleures pratiques et d’innovations dans le secteur agricole. Cela nous permettra d’améliorer nos opérations et nos stratégies. Le forum et les prix nous ont permis d’asseoir notre réputation et notre visibilité. Cela nous a ouvert plus de portes et d’opportunités pour présenter nos produits et nos réussites, ce qui nous a permis de gagner en reconnaissance et en crédibilité auprès des parties prenantes. Nous espérons également attirer des investisseurs et des institutions financières désireux de soutenir des initiatives agricoles novatrices et efficaces en Afrique. Peut-être pourrons-nous obtenir des investissements ou des financements pour accélérer notre croissance et notre expansion. En outre, ce prix nous permettra d’augmenter notre capacité de production. Nous allons également investir dans de nouvelles installations et recruter davantage de personnes, en particulier des jeunes.

Quels sont vos projets d’avenir et quels conseils donneriez-vous aux jeunes entrepreneurs en Afrique ?

Nous avons beaucoup de projets pour l’entreprise. Nos projections montrent qu’avec environ 2,5 millions de dollars, nous pouvons développer l’entreprise dans les 5 à 10 prochaines années pour atteindre des millions de bébés en Afrique de l’Ouest et au-delà. Nous allons également cibler le marché de la diaspora et multiplier les partenariats. En outre, nous avons l’intention de collaborer avec diverses organisations et de développer des aliments pour bébés d’origine locale plus abordables et plus accessibles pour divers marchés.

Je conseille aux jeunes et aux femmes de se lancer dans l’agro-industrie parce qu’il y a des opportunités. En Afrique, nous avons des ressources locales, alors lancez-vous, ce n’est peut-être pas facile, mais il y a beaucoup d’opportunités. Le marché est énorme, il suffit de se dire « j’ai ce qu’il faut » et de faire un pas après l’autre, et à la fin, vous serez très fiers de ce que vous aurez accompli.

Lemalien.com

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here