La chaîne d’approvisionnement alimentaire durable, un pilier majeur de la réussite de l’AfcFTA

0
628

 

La chaîne d’approvisionnement alimentaire durable joue un rôle crucial dans le succès ou l’échec de l’AfcFTA. Alors que l’Afrique s’engage dans un commerce accru, l’agriculture durable est essentielle pour garantir la sécurité alimentaire, améliorer l’efficacité des ressources, réduire les déchets, réduire l’impact sur l’environnement, améliorer la qualité des produits et répondre à la demande des consommateurs pour des produits durables.

Le sommet de l’UA de cette année, intitulé « Propulser le commerce grâce à l’AfcFTA », vise à éliminer les obstacles au commerce en Afrique en suscitant un plus grand engagement politique parmi les États membres et en éliminant progressivement 90 % des droits de douane sur les marchandises, ainsi qu’en réduisant les obstacles au commerce des services afin d’accroître le revenu de l’Afrique de 450 milliards de dollars d’ici à 2035.

Pour atteindre ces objectifs, l’Afrique doit assurer sa sécurité alimentaire.

L’état de la sécurité alimentaire sur le continent s’aggrave, avec plus de 20 % de la population du continent (environ 257 millions de personnes) sous-alimentée.

D’après la FAO, le déclin de la production agricole est dû à la dégradation des ressources naturelles, à la perte de biodiversité et à la propagation de ravageurs et de maladies transfrontalières des plantes et des animaux, dont certains deviennent résistants aux antimicrobiens.

Selon Oxfam, l’aggravation des sécheresses et des inondations dues au climat et la hausse mondiale des prix des carburants et des engrais ont rendu la nourriture inaccessible à des millions de personnes. Rien qu’en 2022, l’inflation alimentaire a connu une hausse à deux chiffres dans tous les pays africains sauf dix.

Le secteur agricole de la région est confronté à un effondrement dû à des coûts de production élevés, à des rendements faibles ou en baisse, à des initiatives à faible valeur ajoutée, à une recherche et une vulgarisation inadéquates, à des technologies obsolètes, à un faible soutien à la vulgarisation, à des initiatives à faible valeur ajoutée, à des pertes et gaspillages alimentaires dus aux barrières commerciales, à de mauvaises pratiques agronomiques et à une mauvaise infrastructure routière, mettant en jeu la survie d’environ 700 millions de personnes, la plupart d’entre elles vivant dans des zones rurales.

Des millions de petits exploitants agricoles, qui sont les principaux producteurs de denrées alimentaires du continent, ne peuvent pas accéder aux marchés des pays voisins en raison de l’insuffisance des infrastructures et du niveau élevé des droits de douane intra-africains.

On estime que près de 670 millions de personnes seront encore sous-alimentées en 2030, soit 8 % de la population mondiale. Les conséquences devraient être désastreuses en raison de la double tragédie du changement climatique et de la dépendance excessive à l’égard des chaînes d’approvisionnement mondiales pour les importations d’intrants et de denrées alimentaires.

Au-delà de son impact dévastateur sur les familles, la malnutrition limite le potentiel économique d’un pays, car elle diminue la productivité de sa population tout en augmentant les coûts des soins de santé.

La durabilité des chaînes agroalimentaires englobe les systèmes qui préservent et génèrent des résultats économiques, sociaux et environnementaux pour les générations actuelles et futures.

En Afrique, les défenseurs de la révolution verte tels que l’Alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA), le Fonds international de développement agricole des Nations unies (FIDA), le Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA), l’organisation du système CGIAR et Bill et Melinda Gates contribuent à transformer les petites exploitations agricoles africaines en entreprises durables et rentables.

Grâce à des initiatives telles que la formation des agriculteurs aux techniques agricoles durables, notamment la rotation des cultures et la lutte intégrée contre les parasites, la réduction de la dépendance à l’égard des produits chimiques nocifs, la facilitation des liens entre les agriculteurs et le marché afin de garantir des prix équitables et la réduction du gaspillage alimentaire dans la chaîne d’approvisionnement, ces organisations aident les petits exploitants agricoles d’Afrique à développer une agriculture durable.

Le système agricole durable implique l’amélioration de l’efficacité des cultures en termes d’eau et de nutriments, la reconstitution des nutriments extraits par l’application de quantités judicieuses d’engrais, et la diversification des systèmes agricoles avec des cultures et des pratiques de gestion résistantes au climat.

Pour faire face aux risques climatiques, l’Afrique doit sélectionner et diffuser des variétés de cultures qui s’adaptent au climat, qui mûrissent tôt et qui tolèrent la sécheresse, comme le manioc, le maïs, le riz, les arachides, les niébés, les haricots à forte teneur en fer et les patates douces riches en b-carotène, qui peuvent être mises à l’échelle.

Les gouvernements africains doivent mettre en place des mesures stratégiques et urgentes pour améliorer la résilience des systèmes alimentaires africains et renforcer la capacité à atteindre les objectifs de sécurité alimentaire et de nutrition.

Otieno Panya

Chercheur en gestion de la chaîne d’approvisionnement durable

Jomo Kenyatta University, (JKUAT).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here