Vie chère au Mali : le Front populaire contre la vie chère « déplore que le panier de la ménagère soit atteint de plein fouet ».

0
140

Présenter un schéma institutionnel des stratégies novatrices de la lutte contre la vie chère, mais aussi d’appeler les autorités de la Transition à prendre urgemment des mesures idoines pour alléger la souffrance des Maliens. C’est l’objet d’une conférence de presse animée par les responsables du Front populaire contre la vie chère, ce mardi 02 août 2022 à la Bourse du Travail.

Plus d’un mois après la levée de l’embargo, les Maliens constatent et assistent impuissamment à la flambée des prix des produits alimentaires dans les marchés. Notamment « le sucre, le lait en poudre, l’huile alimentaire, le riz importé entre autres », a martelé Mariam Diakité, secrétaire administratif du Front. Elle ajoute, les produits alimentaires ne sont plus à la portée du « citoyen lambda ».

Le Front populaire contre la vie chère « déplore que le panier de la ménagère soit atteint de plein fouet ». S’inquiète de la hausse des prix des produits alimentaires au Mali, malgré la subvention des 13 produits par l’État.

Aux dires de Mariam Diakité, secrétaire administratif du Front populaire contre la vie chère, le Front regrette « la négligence des autorités nationales par rapport à l’augmentation des prix des denrées dans les marchés de Bamako et à l’intérieur du pays ». Constate que « le gouvernement manque de solutions aux problèmes ».

Harouna Réné Sidibé, membre du Front de son côté indique que « la Direction Générale du commerce, de la consommation et de la concurrence ( DGCCC ) au lieu de contrôler les grossistes qui bénéficient des subventions, elle s’attaque plutôt aux boutiquiers ». Mariam Koné, Présidente du Front populaire contre la vie chère clarifie, « nous ne sommes pas contre Assimi ni un régime à plus forte raison quelqu’un d’autre. Nous voulons que le panier de la ménagère soit remplie à moindre coût, afin qu’on puisse manger ».

Pour trouver une solution à la cherté de la vie au Mali, le Front a élaboré un « document cadre » comportant quatre (4) axes. Le document comporte également un plan d’action, qui facilitera sa mise en œuvre.

Vinabé DENA

lemalien.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here