Le Colonel Abdoulaye Maïga a utilisé l’arsenal de Choguel Maïga pour tirer à bout portant sur la France, l’ONU, la CEDEAO, les Présidents Nigérien, Ivoiriens et bissau-guinéen

0
257

 

Dans son discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies à New-York, ce 24 septembre 2022, le Colonel Abdoulaye Maïga, Premier ministre par intérim a répondu point par point à tous les propos et actes à l’encontre du Mali.

Si le premier ministre, Choguel Maïga avait le 25 septembre 2021 déclaré devant l’Assemblée générale des Nations Unies que « la France a abandonné le Mali en plein vol », le Colonel Abdoulaye Maïga va plus loin et affirme, la décision de la France « de retirer la force Barkhane du Mali, mon pays a été poignardé dans le dos par les autorités françaises ». Le premier ministre par intérim qualifie les responsables français de « junte française nostalgique de pratique néocoloniale, condescendante, paternaliste et revancharde » qui a commandité des sanctions contre le Mali au mois de janvier dernier.

« Étranger qui se réclame du Niger », a qualifié Abdoulaye Maïga, le président nigérien Mohamed Bazoum suite à ses propos que le premier ministre par intérim malien considère comme des « injures ».

Quant au président ivoirien, Alassane Ouattara, le Colonel Maïga lui rappelle la manière dont il a été élu après ces deux mandats, « le 3ème mandat est magie, c’est l’art de se dribbler soi-même tout en gardant le ballon ».

Le président de la Guinée Bissau et président en exercice de la Cédéao est nommément cité par le premier ministre malien par intérim « M. Umaro Sissoco Embalo doit être conscient du fait qu’il est le dépositaire d’un lourd héritage et de plusieurs sacrifices » qui est la CEDEAO. « nous avons pris acte de la menace de sanctions proférée contre le Mali », précise le Colonel Abdoulaye Maïga.

S’adressant au secrétaire général des Nations Unies, le premier ministre par intérim note, « le Mali tirera toutes les conséquences de droit de vos agissements ». Il ajoute, le thème de cette 77ème Assemblée Générale, « Une nouvelle ère : des solutions porteuses de changement pour relever des défis interdépendants » suscitera l’espoir de meilleurs jours pour le Mali, à la condition que « le bilan sans complaisance de l’ancienne ère soit établi, que les enseignements soient tirés et que des recommandations objectives soient formulées », a insisté l’officier premier ministre par intérim du Mali.

 

Vinabé DENA

Lemalien.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here