L’édition 2020 de Ségou’Art/Festival Sur le Niger

0
341

Initié par Mamou Daffé, un entrepreneur et écrivain malien, Ségou’Art/Festival Sur le Niger est un événement annuel qui réunit chaque année environ trente mille festivaliers à Ségou. C’est un véritable outil de communication en business to business. Les contrats s’y signent, les liens d’amitié s’y tissent, les réseaux entre les frères et sœurs en humanité s’élargissent et l’image de Ségou, du Mali, voire de l’Afrique est soignée.

Du 04 au 09 février 2020, des hommes et des femmes de différentes cultures et nationalités se retrouvent dans la ville de Ségou pour la 16ème édition de Ségou’Art/Festival Sur le Niger.

Malgré la crise pesante sur le Pays de l’accueil de 2012 à nos jours, les festivaliers en ont massivement effectué le déplacement. Selon Ibrahim M. DIARRA, responsable de presse de ladite organisation, cette année Ségou’Art a enregistré plus de deux-cent-cinquante visiteurs et trente mille festivaliers venus de quarante pays. Monsieur Tom Gourlay est l’un d’entre eux. Venu d’Angleterre, Tom Gourlay ne cahe pas sa joie. Il affirme être découragé à plusieurs reprises par celles et ceux qui craignent pour sa vie: sa famille. Elle lui déconseille de prendre le risque de voyager sur un pays en crise comme le Mali. Il suivra les conseils d’un de ses amis qui vit au Mali il y’a plus de 20 ans.

«C’est ma première fois au Mali, mes parents m’ont déconseillé de voyager sur Ségou, un de mes amis qui vit au Mali depuis plus de 20 ans m’a rassuré qu’il n’y a aucun danger pour le faire, aujourd’hui je vois que ça va, la police est par tout et la sécurité est bien assurée», a-t-il expliqué.

Ségou’Ar/Festival Sur le Niger est une occasion rare pour se faire remarquer et aimer du grand public. La slameuse et artiste Burkinabè, Malika la slamazone l’a confirmé à notre rédaction la nuit du 08 février à la fondation du festival sur le Niger. Elle chante la paix et l’amour. Malika la slamazone a beaucoup apprécié l’hospitalité des maliens, la présence du grand public à la soirée et la qualité de la scène. «La scène sur laquelle je viens de jouer est du qualité, j’ai beaucoup aimé», a-t-elle apprécié. Les rappeurs maliens, notamment DR KEB, IBA ONE, GASPI étaient dans le même sillage que leur camarade burkinabè. Ils ont apprecié la presence massive des spectateurs malgré les menaces terroristes.

Ségou’Art/Festival Sur le Niger est un lieu avant tout d’exposition d’œuvres d’art. Des artistes peintres, sculpteurs, galeristes y étaient. Mohamed Bomboly Keïta, sculpteur-peintre malien a exposé six statuettes en forme humaine et autour d’une calebasse contenant du lait. Elles symbolisent le dialogue. Pour Mohamed Bomboly Keïta, le dialogue est un moyen incontestable pour aboutir à la paix.

Tout n’est pas rose. Ségou’Art semble être une série de fatigue et des dépenses inutiles pour certains. C’est le cas de Aboucrine Cissé, Cheik Ousmane et leurs amis. Venus de Koutiala, Ségou et Bamako, ils affirment effectuer à plus fois et de plusieurs reprises des va et viens non nécessaires entre chez eux et les lieux du chaud. «Nous avons beaucoup perdu, nous n’avons rien gagné car nous ne sommes ni acteurs ni mécènes de cet événement, des simples spectateurs qui ne font que perdre, même les chaises nous n’en avions pas eu pour nous reposer après tant d’heures d’arrêt sur pieds», ont-ils déploré.

Aly Ousmane SARRE

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here