Vie Chère : le Gouvernement décide sans convaincre

1
127

 

Face à une augmentation grandissante des prix des produits de première nécessité, notamment le sucre qui est passé de 600 à 800 voire 1000 FCFA par endroit. Le gouvernement lors d’un conseil des ministres extraordinaire, ce dimanche 07 août 2022 a rappelé les mesures précédemment prises pour faire face aux souffrances des populations suite à la maladie à Coronavirus et les sanctions de l’UEMOA et de la CEDEAO. Une subvention de 14 milliards de FCFA avait été débloquée par le Gouvernement.

Une subvention qui a permis de réglementer les prix par un arrêté. Cette nouvelle hausse des prix est condamnée par le gouvernement. Décide de réaffecter les quantités subventionnées non exécutées au cordon douanier représentant au moins un mois et demi de consommation à d’autres opérateurs économiques ; procéder à la vérification de l’affichage obligatoire des prix des différents produits dans les lieux de commerce ; de mettre en place très prochainement un numéro vert pour la dénonciation des cas de violation des prix des produits subventionnés ; de renforcer la fréquence des contrôles ; augmenter la taille des brigades de contrôle des prix en y adjoignant des éléments des Forces de Sécurité et de mettre en place un comité interministériel de suivi de la mise en œuvre des mesures prises.

Cependant, l’on constate que le gouvernement a pris des mesures qu’on peut qualifier de « populiste », car tant que le prix du carburant ne baisse pas aucun produit ne peut baisser de prix. Or, de nos jours l’essence est vendu à Bamako dans les stations à 891 FCFA, une première et à l’intérieur du pays c’est pire, il est cédé de 1000 FCFA à 2000 FCFA le litre. Comment les produits de première nécessité peuvent baisser ? Il faut le dire « le gouvernement a échoué ».

Ironie, quand c’est la Direction Générale du Commerce, de la Concurrence et de la Consommation ( DGCCC) ose dire ceci à la population, « Prix indicatifs plafonds toujours en vigueur.
Refuser de payer plus cher , dénoncez les contrevenants !!! ». Comment on va refuser de payer alors qu’on est dans le besoin ? Rien de concret, une direction incapable et aux abois.

Ce qui est sûr, sans être un oiseau de mauvais augure, dans les semaines et mois à venir si le gouvernement ne trouve pas une solution réelle à cette flambée des prix des produits de première nécessité. Il sera confronté à des mouvements au sein de la population.

Vinabé DENA

lemalien.com

1 COMMENT

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here