Mandat d’arrêt international contre des ex-Ministres et un ancien Directeur d’une Banque : Pourquoi maintenant ?

0
109

Suite à l’ouverture par la chambre d’instruction de la cour suprême d’une information judiciaire sur les faits qualifiés de crime de « faux et usage de faux, d’atteinte aux biens publics et de complicités ». Des faits liés à l’affaire du marché public dit « PARAMOUNT », un marché inscrit dans la mise en œuvre de la « Loi d’orientation et de programmation militaire », ainsi que la « Loi de programmation pour la sécurité intérieure ». Un mandat d’arrêt international daté du 25 juillet est lancé contre des personnalités, Boubou Cissé, ancien ministre de l’économie et des finances ; Tiéman Hubert Coulibaly, ancien ministre de la Défense nationale ; Mamadou Igor Diarra, ancien ministre de l’économie et des finances et Babaly Bah, ex-directeur de la BMS-SA, a fait savoir le procureur général de la cour suprême, Mamoudou Timbo dans un communiqué en date du 28 juillet 2022.

Cependant, c’est le temps choisi qui interroge.
À l’analyse pouvons-nous pas dire que c’est une matière d’endormir la conscience du peuple qui réclame une justice plus forte et impartiale ? Car, dans ces derniers temps en plus de l’impunité que le citoyen malien dénonce, il y a ce phénomène de la « vie chère ». Sur le plan politique, la démission du chef du gouvernement est réclamé par une grande partie de la classe politique. À tout cela s’ajoute l’épineuse sujet des 49 soldats ivoiriens interpellés à l’aéroport de Bamako. Comment détourner l’attention de la population ? Il faut un sujet qui tient beaucoup aux maliens dont l’affaire des 1230 milliards des équipements militaires.
Surtout, les personnalités visées ont tous occupé des postes importants sous le régime d’Ibrahim Boubacar Keita ( IBK ). Elles sont indexées comme faisant partie de ceux ayant orchestrées le mal que traverse le pays. Donc, un bon produit à vendre.

De toute ces personnes citées, le nom de Karim Keita n’y figure pas. Et pourtant, il est l’ancien président de la commission Défense à l’assemblée nationale. Oublie ou fait exprès ?

Sachant bien qu’il sera difficile d’avoir ces anciens ministres et directeur de banque à la barre même avec ce mandat d’arrêt international. La justice respecte la procédure, même si, elle a de la peine à tenir ce procès sur l’affaire des équipements militaires. Une affaire qui a conduit Mme Bouaré Fily Sissoko à la prison pour femme ( Bollé ) et de l’ancien premier ministre décédé feu Soumeylou Boubèye Maïga à la Maison Centrale d’arrêt de Bamako.

Vinabé DENA
lemalien.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here