La Problématique du Dialogue avec les groupes Extrémistes Violents, fait objet de deux jours d’échange, organisé par l’OCGS à L’EMP-ABB

0
205

 

Après plusieurs tentatives de dialogue avec les groupes armés terroristes depuis 2017. L’Observatoire Citoyen pour la Gouvernance et la Sécurité (OCGS) avec l’appui financier de l’Ambassade du Royaume du Danemark au Mali, dans le cadre de son projet « Sahel paix et développement », relance la réflexion sur la problématique d’une paix négociée

Le Mali, à l’instar de plusieurs pays du Sahel est le théâtre d’une grave crise sécuritaire avec des conséquences importantes sur le plan social, économique, humanitaire et politique. Ainsi, pour y faire face, selon Baba Dakono, secrétaire exécutif de l’observatoire citoyen pour la gouvernance et la sécurité, « on assiste à de nouvelles idées de moins inattendues de paradigme, de stratégie pour une solution diplomatique aux défis sécuritaires notamment à travers la négociation. Cette idée de négocier avec les groupes qualifiés de jihadistes semble séduire de plus en plus les acteurs politiques pour endiguer ce phénomène qui devient une véritable entorse à la stabilité et à la paix au, au Sahel et en dehors sur le continent africain ». L’Observatoire estime que pour circonscrire l’insécurité régionale croissant et prévenir l’extrémisme violent, il faut des approches globales qui prend en compte toutes les dimensions de la crise que connait le Sahel.

Le directeur des études de l’École de Maintien de la Paix – Alioune Blondin Beye, Colonel Sidi Ali Fofana de son côté note que, le phénomène du terrorisme est d’une complicité inouïe. « Ce qui est en revanche très facile à comprendre, c’est la désolation qu’elle créee partout et elle s’installe. C’est pourquoi il est nécessaire, voir impératif de l’éradiquer et pour cela aucune option ne doit être occultée ou écartée », précise le Colonel Fofana.

Lors du Dialogue National Inclusif ( D.N.I ) en 2019 et des Assises Nationale pour la Refondation ( A N.R ) en 2021, les populations ont formulé des recommandations allant dans le sens d’une négociation avec les groupes terroristes.

Pour l’Ambassadeur du Royaume du Danemark au Mali, Rolf HOLMBOE, « plus que jamais le Mali et le Sahel ont besoin de la paix. La stratégie du Danemark au Sahel s’inscrit dans le cadre des efforts conjoints des gouvernements de la région et de leurs partenaires techniques et financiers en vue d’améliorer la justice et l’État de droit dans le respect des principes des droits de l’homme et la coexistence pacifique ».

Vinabé DENA

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here