Référendum : après les partis politiques et la société civile, des acteurs institutionnels appellent à voter pour le « oui »

0
432

 

La campagne référendaire bat son plein depuis le 2 juin dernier. Alors qu’on est entré dans sa dernière ligne droite, la Coordination nationale pour le « oui » veut intensifier ses actions. Un collectif des acteurs institutionnels pour un « oui » massif a été lancé samedi 10 juin à Bamako.

Réunissant des membres du gouvernement, du Conseil national de transition, du Haut Conseil des collectivités et du Conseil économique, social et culturel, le collectif coordonné par le ministre d’Etat, chargé de l’Administration territoriale et de la décentralisation, porte-parole du gouvernement, Colonel Abdoulaye Maiga, annonce des meetings régionaux simultanés à travers le pays.

Ce passage à la vitesse supérieure dans cette campagne où d’autres actions de la Coordination nationale pour le « oui » sont en cours à plusieurs niveaux, va commencer le 14 juin avec des meetings tenus au même moment dans les régions de Mopti, Tombouctou et Gao, suivis le 15 juin à Kayes, Koulikoro et Ségou, avant de boucler la boucle par une grande mobilisation au stade du 26 mars à Bamako le 16 juin 2023.

« Nous ne sommes pas habitués à ce type de campagne référendaire, et il y a beaucoup d’interrogations qui doivent tarauder nos esprits. Maisnous sommes condamnés à chercher en permanence un équilibre entre la neutralité des institutions et défendre vaille que vaille un projet de constitution qui reflète notre vision etdans lequel nous nous retrouvons », a expliqué le Colonel Abdoulaye Maiga, précisant que les activités prévues par le collectif n’ont aucun lien avec le succès ou non d’autres, antérieures à sa création.

Dans la déclaration de sa création, les initiateurs de ce Collectif des acteurs institutionnels pour un « oui » massif, qui, à en croire son coordinateur général, est financé par des contributions volontaires de ces membres, indiquent agir en « dehors de leurs attributions officielles, être « soucieux de préserver la neutralité de l’Etat et des Institutions durant la campagne du scrutin référendaire, qui ne met pas en jeu des candidats en compétition » et « adhérer totalement au projet de Constitution qui reflète la vision du Mali Kura ».

« C’est un projet de Constitution des Maliens, qui va jeter les bases de la refondation du Mali.Ce n’est pas un projet de société d’un parti politique ni d’un gouvernement et nous sommes citoyens.Nous devons nous battre pour l’engagement que nous avons pris devant le peuple et c’est ce qui est en train d’être fait », a clarifié Ibrahim Ikassa Maiga, ministre de la Refondation de l’Etat, chargé des relations avec les Institutions.

Le Collectif qui reste déterminé à « rassembler l’ensemble des forces vives de notre pays pour un « oui » massif au scrutin référendaire du 18 juin 2023 », se dit également résolu à « convaincre l’ensemble des Maliennes et des Maliens sur l’impérieuse nécessité de doter notre pays d’une nouvelle Constitution ».

« Votons oui pour nos enfants et pour notre avenir parce que la Constitution de 1992 a montré ces limites », a appelé Allaye Touré, Mandataire national pour le « oui ».

Mohamed Kenouvi

Lemalien.com

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here