Nous célébrons les futurs artisans des systèmes alimentaires de l’Afrique Par Surita Sandosha et Dr. Agnes Kalibata

0
197

 

Au sein de l’Afrique, une force vibrante et dynamique bat son plein : la jeunesse. Connus pour leur résistance aux crises récurrentes dans le monde, nosfils et nosfillesontrefusé de se laisserdécourager par les défisinsurmontablesauxquelsilssontconfrontés et font preuve de résilience face à certaines des questions sociétales les plus graves de notre époque.

Dans un environnementmarquépar la pauvreté, l’insécuritéalimentaire, les disparitéséconomiques, le racisme et la discrimination, la guerre, les maladies et les effets du changementclimatique, les jeunesAfricainssortenttriomphants, poussés par leurzèle, leur esprit d’entreprise et leursapprochesinnovantesen matière de recherche de solutions.

Animés par l’innovation, la détermination et un lien profond avec leurterre, ilssontdevenus des catalyseurs du changement, semant les graines de la transformation dans les systèmesalimentaires du continent. Leursdifférentesréalisations et leur contribution active au changementpositif dans leurscommunautés et au-delà, continuentd’inspirer la confianceen un avenirmeilleur pour l’Afrique.

La technologie pour la transformation

Face aux effetsnéfastes du changementclimatique et à l’insuffisance du financementagricole, de nombreuxjeunesonttiréparti des nouveaux médias et des nouvelles technologies pour accéder à des informations sur les meilleurespratiques de l’agriculturemoderne et sur les tendances du marchéen matière d’agricultureintelligente face au changementclimatique. Ces connaissance sont eu un impact significatif sur nossystèmesalimentaires, car les exploitations familialessontpassées du statut de modestesjardins de subsistance à celuid’entreprisesagroalimentairesprospères qui alimentent les économies locales et nationales.

Enmême temps, l’utilisationinnovante des technologies modernes par nosjeunes pour acquérir des connaissancesutilesconfirme que le comblement des déficitsd’innovation et de financementest la cléd’une transformation durable de l’agricultureen Afrique. Eneffet, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) prévoitque le marchéagricoleafricainpassera de 200 millions de dollars en 2015 à 1 000 milliards de dollars d’ici à 2030, les technologies agricolesétant le moteur de cettecroissance. Cependant, le rythmed’adoption des technologies agricolesest encore lent, une étuderécenteindiquant que seulement 23 % des jeunes dans l’agricultureutilisentuneformequelconque de technologieagricole.

Pour changer la situation, plusieurs initiatives ontété mises en place pour favoriserl’intégration de la technologie dans les entreprisesagricolesdirigées par des jeunes. L’un de cesprogrammesest Pitch AgriHack, une initiative de l’AGRA, de Heifer International et de Generation Africa. Cette initiative, qui s’adresse aux jeunes entrepreneurs âgés de 18 à 40 ans, organise un concours d’agriculture numérique dont les gagnantssontrécompenséslors du Forum africain sur les systèmesalimentaires (anciennement AGRF), où les participants ontl’occasion de partagerleurs innovations avec des investisseurspotentiels du monde entier.

De la même manière, le défiannuel Agriculture, jeunesse et technologie (AYuTe) pour l’Afriqueattribue des subventions enespèces de 1,5 million USD à de jeunesinnovateursAgritechprometteurs et à des entreprisessociales à travers le continent – permettant aux professionnelsd’utiliser la technologie pour réimaginerl’agriculture et la production alimentaireen Afrique. Le défiAYuTeest un catalyseur de croissance, combinantune incitation enespèces avec des initiatives de développement commercial pour traduirel’énergie et les idées des jeunesinnovateursafricainsen un impact significatif pour les agriculteurs du continent.

De nombreuses initiatives à travers le continent créent un impact tout entirantparti du financementmondial pour débloquerl’innovationmenée par les jeunes. Un bon exempleest le service unique de financement de tracteurs « Pay-As-You-Go » de Hello Tractor, qui facilite la location de matériel à des prix abordables pour les petits exploitantsagricoles via uneplateformetechnologique qui renforce la capacité des agriculteurs à adopter la mécanisation pour accroîtreleurproductivité. La plateforme met en relation les propriétaires d’équipement avec des agents de réservationagréés qui mettenten relation les agriculteursdemandeurs avec des tracteurs à louer à des prix abordables. Ce modèle unique a non seulementrenforcé le marché de la mécanisation, mais a égalementdébloqué des capitauxcommerciauxpour tous les acteurs de l’écosystème. Bénéficiantd’une subvention de 4,5 millionsd’USD, l’initiative a étépilotée au Kenya, au Nigeria et enOuganda avec un succèsremarquable, débloquant 7 millionsd’USD de capital commercial de la part d’investisseursprivés.

L’effet de foule

Dans l’ensemble, la croissance continue des startups de l’agritechfournitdésormais des donnéesen temps réel sur la santé des cultures, l’administration du bétail et la luttecontre les parasites, ce qui se traduit par une augmentation de la productivité, enconnectant les petits exploitants aux marchés et enpermettant des transactions entoute transparence. Eneffet, les plateformes de commerce électroniquecomblent déjà le fossé entre les producteursruraux et les consommateursurbains, endémocratisantl’accès à des aliments nutritifs et enéliminant les intermédiaires qui exploitent les agriculteurs, ce qui permet à cesderniers de recevoir des prix équitables pour leursproduits. Parallèlement, alors que le monde s’interconnecterapidement grâce aux plateformesnumériques, la jeunesse africaine tire parti de ces liens pour collaborer au-delà des frontières, tout encréant un mouvementtransformateur de réseauxpanafricains pour le partage des connaissances, notammentence qui concerne les pratiquesagricoles durables, y comprisl’irrigation, la collecte et la conservation de l’eau, et le compostage.

Les moteurs de la durabilité

Grâce à cesopportunitésd’apprentissage, la nouvelle générationd’agriculteurscomprendmaintenant que si nous n’adoptons pas des pratiques durables, nourrir la population mondiale de 9,1 milliards d’habitantsd’ici à 2050 ne sera qu’unrêvelointain. Grâce aux connaissancesacquises sur les méthodesmodernes de conservation, ilsoptimisent avec succèsl’utilisation de l’eau par des techniques d’irrigationprudentes, tout enencourageantl’adoption de la fertilisationorganique par le biais du compost fait maison.

Dans les zones urbaines, nous voyons des jeunesredonner vie à des espacesdélaissésencultivant des jardins sur les toits et des fermesurbaines, qui fournissentdésormais des légumes et des épices frais et locaux aux habitants des villes, tout enréduisantl’empreintecarbonique de la distribution alimentaire.

Nous attendonsd’autrespreuves de cettecapacitéd’innovationlors du Forum africain des systèmesalimentaires 2023, qui se tiendra à Dar Es Salaam, enTanzanie, du 4 au 8 septembre. L’AFSF, anciennement le Sommet de l’AGRF, ne se contentera pas d’explorer les possibilitésd’optimiserl’implication des jeunes dans les systèmesalimentairesafricains, maisprésenteraégalementcertaines des entreprisesagroalimentaires les plus prometteuses et les plus innovantesdirigées par de jeunes entrepreneurs à travers l’Afrique. Vousêtesinvités à voir la ligne de vie des systèmesalimentairesafricains – sesjeunes – montrerleurcapacité à conduire la transformation des systèmesalimentaires de l’Afrique. À l’approche de l’événement, nous lançonségalement un appel à toutes les parties prenantes pour qu’ellesprennent des mesuresaudacieuses à l’égard de nosjeunes, car ilssontindéniablementl’incarnationvivante de la résilience, de la créativité et de l’espritinébranlable de l’Afrique.

Les auteurs sontSuritaSandosha, présidente-directricegénérale de Heifer International, et Agnes Kalibata, présidente de l’AGRA.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here